L'ITE, réduire de 25 à 45% les dépenses énergétiques

Les ménages français ont dépensé en moyenne 1 590 euros dans les besoins en énergie en 2015 selon le bilan du Quelleenergie.fr. Des dépenses qui ont diminuées par rapport à l’année précédente.

C’est un premier pas vers la volonté d’atteindre l’objectif de l’État qui est de réduire la consommation énergétique de 50% d’ici 2050. Et bien que nous sommes nombreux à avoir pris l’habitude d’adopter des petits gestes pour réduire la facture de chauffage, ce n’est bien sûr pas suffisant. L’isolation restant la meilleure solution pour obtenir une maison confortable et économique.

Et bien que réduire sa dépense énergétique est une des bonnes raisons qui amènent à isoler sa maison par l’extérieur, il faut avoir un projet bien étudié pour que les effets soient rapides et à la hauteur de l’investissement. Voici quelques éléments pour définir et optimiser son projet de travaux.

Source : Quelleenergie

Optimiser son projet pour limiter les dépenses énergétiques

Une maison bien isolée doit respecter la réglementation thermique en vigueur.

À rappeler : la RT 2005 qui exige une consommation énergétique entre 120 et 220 kWh / m² / an pour les constructions neuves. La Haute Performance Énergétique (HPE) que l’on obtient lorsque la consommation conventionnelle est moins de 10% à la consommation relatée par la RT 2005. Puis, le label BBC que l’on obtient pour toute consommation moyenne de 50 kWh / m² / an.

Nous sommes nous quasiment essentiellement présents que sur des travaux de rénovation, et faisons rarement des isolations extérieures dans des constructions neuves.
Et dans le cas d’une rénovation il n’y a pas de réglementation en vigueur hormis le Décret n° 2016-711 du 30 mai 2016 relatif aux travaux d’isolation en cas de travaux de ravalement de façade, de réfection de toiture ou d’aménagement de locaux en vue de les rendre habitables.

La norme à prendre en compte pour isoler convenablement est donc celle imposée par l’État pour obtenir les aides financières comme le crédit d’impôt ou le prêt à taux zéro.

C’est la résistance thermique d’une valeur de 3,70 qui est imposée au niveau de l’isolant extérieur.

Une résistance thermique bien au-delà du seuil de baisse du ratio résistance thermique/économies.

Pour s’assurer que votre projet d’isolation est bien optimisé, il est nécessaire de constater ses points faibles et ses points forts.

Pour cela, une analyse approfondie de la performance énergétique est exigée.

Vous ne pouvez pas vous en passer de cette étape si vous voulez avoir toutes les opportunités possibles d’amélioration énergétique de votre maison.

Il faut donc passer par les étapes de la caméra thermique et du « diagnostic de performance énergétique » DPE.

Un DPE avant / après travaux

Un DPE est un document qui relate les caractéristiques thermiques d’un logement. Outre l’analyse de la consommation d’énergie, le DPE mesure aussi le niveau de gaz à effet de serre et comprend les recommandations techniques à réaliser dans les travaux.

Pour cela, une échelle graduée depuis une étiquette A (logement le plus économe) à une étiquette G (logement le plus énergivore) sera livrée dans ce document. Nous réalisons gratuitement ce diagnostic de performance énergétique avant d’établir un devis pour votre projet de travaux.

Un DPE avant et après travaux reste le plus avantageux non seulement pour savoir le gain énergétique, mais surtout pour connaitre approximativement les économies après travaux et ainsi calculer la rentabilité des travaux avec le montant du devis que nous vous proposerons. Le premier bilan consiste à étudier la performance énergétique existante tandis que le DPE après travaux permet de comparer la performance énergétique par rapport aux systèmes installés.

Le DPE :

Ce dispositif s’inscrit dans un ensemble de mesures qui visent à la fois à limiter l’impact de la hausse des coûts de l’énergie sur le porte-monnaie des français et aussi à préserver l’environnement.
http://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/

Utiliser une caméra pour trouver les ponts thermiques

Grâce à l’évolution sans cesse de la technologie, il est possible de déceler les ponts thermiques via une utilisation d’une caméra thermique.

Depuis que nous avons commencé à l’utiliser nous ne nous en séparons plus et réalisons des relevés à chaque rendez-vous, et même pendant et après les travaux.
A condition bien sûr que la météo permette des relevés cohérents : il doit y avoir une différence de température importante entre l’intérieur et l’extérieur, et il ne doit pas y avoir eu une trop forte exposition au soleil.
Une caméra thermique permet de déceler les pertes de chaleur, l’infiltration d’air, l’humidité sur les isolants (au niveau de la toiture ou des murs, à l’intérieur ou à l’extérieur), les sources de moisissure et enfin de trouver les ponts thermiques. Afin de bien localiser les ponts thermiques les plus cachés, la thermographie infrarouge est une vraie solution. Certains raccords et parois doivent être bien vérifiés.

La caméra thermique est en mesure de localiser un par un les fuites sur la toiture, les fuites de conduite d’eau chaude, de chauffage ou d’alimentation, les vices cachés et les vices de construction, les problèmes d’un système électrique et bien d’autres encore.

Avec des réglages adaptés, et des connaissances pour interpréter les résultats, nous vous présentons les défauts thermiques de votre maison et apportons la solution adaptée.

Le meilleur moyen de préparer ses travaux et de connaitre la rentabilité de son isolation extérieure :